Andrew Astritis

ADMIS AU BARREAU de l’Ontario en 2005

2006 B.C.L., Oxford University

2004 LL.B., Osgoode Hall Law School, Université York

2001 B.A. spécialisé, Sciences politiques, Université Queen’s

ACTIVITÉS ET ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES

  • Barreau de l’Ontario
  • Association canadienne des avocats du mouvement syndical
  • Association du Barreau du Comté de Carleton
  • Hellenic Canadian Lawyers’ Association

Andrew vise l’avancement du droit en faveur des travailleurs et des groupes vulnérables. Il représente les syndicats dans la fonction publique fédérale et ailleurs, avec une expérience approfondie en contrôle judiciaire et en appel. Il a défendu des affaires importantes, portant notamment sur l’obligation d’accommoder les employés qui ont des besoins particuliers en raison de leur situation familiale; sur les services essentiels; sur les régimes de retraite du secteur public et sur les droits collectifs des travailleurs garantis par la Charte.

Dans un recours collectif historique, Andrew a représenté des membres actuels et anciens des Forces armées canadiennes qui ont vécu de l’inconduite sexuelle, aboutissant à un règlement de 900 M$. Il a plaidé devant des tribunaux d’arbitrage en droit du travail, des tribunaux administratifs et devant toutes les autres instances, y compris la Cour suprême du Canada.

Andrew est professeur à temps partiel à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, enseignant un séminaire avancé en droit du travail. Il est régulièrement invité
à intervenir dans des conférences sur une variété de questions juridiques. Il a été auxiliaire juridique à la Cour d’appel fédérale, auprès de l’honorable juge John Evans.

AFFAIRES IMPORTANTES

  • Fraser c. Canada (Procureur général), 2020 CSC 28 [a représenté l’intervenant dans une décision historique sur la discrimination par suite d’un effet préjudiciable en vertu de l’article 15 de la Charte]
  • Heyder c. Canada (Procureur général), 2019 CF 1477 [règlement pour des membres actuels et anciens des Forces armées canadiennes et des employés du ministère de la Défense nationale qui ont vécu de harcèlement sexuel, des agressions sexuelles ou de la discrimination fondée sur le sexe]
  • McIlvenna c. Banque de Nouvelle‑Écosse (Banque Scotia), 2019 CF 1610 [décision qui a infirmé la décision de la Commission canadienne des droits de la personne, ordonnant à la Commission de renvoyer la plainte au Tribunal]
  • Alliance de la Fonction publique du Canada c. Conseil du Trésor (ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration), 2018 CRTESPF 74 [l’employeur a contrevenu la convention collective en omettant d’établir un programme volontaire lorsqu’il a relocalisé le centre de traitement des demandes d’immigration de Vegreville à Edmonton]
  • Saskatchewan Federation of Labour c. Saskatchewan, 2015 CSC 4 [a représenté l’intervenant dans une décision reconnaissant le droit de grève comme une liberté fondamentale protégée par l’article 2(d) de la Charte]
  • Association de la police montée de l’Ontario c. Canada (Procureur général), 2015 CSC 1 [a représenté l’intervenant dans une décision qui reconnait que l’article 2(d) exige l’indépendance et la liberté de choix dans la sélection des associations d’employés]
  • Canada (Procureur général) c. Johnstone, 2014 CAF 110; Johnstone c. l’Agence des services frontaliers du Canada, 2010 TCDP 20 [décision confirmant l’obligation des employeurs de prendre des mesures d’accommodement en raison des responsabilités parentales de leurs employés]
  • Telecommunications Employees Association of Manitoba Inc. c. Manitoba Telecom Services Inc., 2014 CSC 11 [décision confirmant qu’un surplus actuariel de 43 M$ qui existait au moment de la privatisation de la société d’État MTS appartenait aux travailleurs]
  • Alliance de la Fonction publique du Canada c. Opérations des enquêtes statistiques, 2014 CRTFP 83 [décision préliminaire qui a mené à un règlement d’équité salariale de 45 M$ pour les interviewers et interviewers principaux chez OES]
  • Alliance de la fonction publique du Canada c. Société canadienne des postes, 2011 CSC 57 [décision sur l’équité salariale d’un montant de 150 M$, rétablissant la décision du Tribunal canadien des droits de la personne]