RCBY Représentera Donna Mowat à la Cour Suprême du Canada

Raven, Cameron, Ballantyne and Yazbeck représentera Donna Mowat dans le cadre d’un appel de la décision de la Cour d’appel fédérale dans laquelle cette dernière stipule que les demandeurs ayant gain de cause devant le Tribunal canadien des droits de la personne n’étaient pas en droit d’exiger des dépens en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Après avoir démontré qu’elle avait été victime de harcèlement sexuelle, le Tribunal canadien des droits de la personne accorda à Mme Mowat une somme de 47 000$ pour les dépens encourue au cours de la procédure. En infirmant cette décision, la Cour d’appel fédérale stipula que le Tribunal n’avait pas l’autorité législative nécessaire afin d’exiger le remboursement des dépens puisque, selon cette dernière, les « dépenses entrainées par l’acte », tel que mentionné dans la Loi, n’incluent pas les frais juridique. De son coté, Mme Mowat prétend que les dépens cadre effectivement dans la définition de « dépenses »  puisque tout d’abord, le but subjacent de la loi est l’éradication de la discrimination, et ensuite parce que l’interprétation d’une loi portant sur les droits de la personne doit être fait de manière large et libérale et non de façon à limité les droits.

La Cour Suprême du Canada entendra l’appel le 13 décembre 2010. Entre temps, vous pouvez consulter la version écrite des plaidoiries ici.